Phnom Penh : La Pagode aux 9000 dalles d'Argent et le Palais Royal

Cambodge accueil carnet
Phnom Penh : La Pagode aux 9000 dalles d'argent et le Palais Royal 

Voyage au Cambodge en 2013 

Phnom  Penh, capitale du Cambodge, est une ville où il fait bon de se balader… Parmi ses monuments remarquables, Phnom Penh possède une pagode dont le sol est constitué de 9000 dalles d’argent pur, pesant chacune un peu plus de 1 kg ! Non loin de cette pagode s’élève le Palais Royal, fruit de l’architecture cambodgienne la plus typique.
 

La Pagode d’Argent

Nous faisons une première halte à la Pagode d’Argent. Nous commençons la visite par l’extérieur de la pagode. Nous nous arrêtons tout d’abord devant la Fresque de Râmâyana peinte sur le long des murs de la galerie entourant le sanctuaire. Cette fresque raconte la légende du Râmâyana, une des plus anciennes épopées fondatrices de la religion hindouiste.

Le Râmâyana

Le Râmâyana est une épopée très ancienne, écrite aux alentours de 300 avant J-C en sanskrit et qui célèbre les aventures de Râma, une des incarnations de Vishnu lors d’un très long poème épique composé de sept livres.

Le roi des démons, Râvana, menaçait l’équilibre du monde, notamment grâce à ses puissants pouvoirs. Vishnu, le préservateur de l’ordre universel, dut alors descendre sur terre pour remédier à ce problème : il s’incarna en homme et se fit appelé Râma. Sur terre, Râma et Râvana possédait tous deux leurs royaumes respectifs. Râma se maria avec Sita, une très belle princesse. Jaloux, Râvana voulait voler la femme de Râma mais ce dernier avait pris ses précautions et avait protégé sa femme par un cerceau magique, empêchant quiconque de l’enlever. Mais un jour Ravana pénétra dans le royaume de Râma et se transforma en vieillard mendiant. Sita, par charité, voulut aider ce pauvre vieillard en lui donnant quelque chose et au moment où elle lui tendit la main, le vieillard la tira vers lui et réussit à la sortir de son cerceau magique. Râvana emporte  dans son royaume la belle Sita. Râmâ, furieux, engagea une guerre contre Râvâna pour récupérer son épouse. Râmâ demanda de l’aide à Surgiva, le chef des singes guerriers qui envoya plusieurs de ces troupes à la recherche de la princesse. 

La troupe commandée par Hanuman arriva à Lanka, l’actuelle île de Ceylan, et engagea un terrible combat contre Râvâna connu sous le nom de la bataille de Lanka. Hanuman remporta la guerre et put ramener Sita à Râmâ. Mais Râmâ avait perdu confiance en sa jeune épouse et pensait qu’elle avait couché avec Râvâna même si elle lui assurait le contraire. Pour en avoir le cœur net, Râmâ lui imposa une épreuve : elle devait traverser le feu. Si elle mourrait, c’est qu’elle l’avait trompé et si elle survivait, c’est qu’elle lui était restée fidèle.   Sita se sentit profondément déshonorée par la suspicion de son mari, elle qui avait toujours été une femme exemplaire. Trop humiliée par cette suspicion, elle pria le Dieu de la Terre et lui demanda d’être absorbée par la terre lorsqu’elle traverserait le brasier. Le jour de l’épreuve arriva, Sita traversa le feu et son vœu fut exaucé, elle fut absorbée par la terre. A la place du cadavre que Râmâ pensait trouver, il vit une fleur à l’endroit où Sita avait été absorbée, une fleur de lotus. C’est cette légende qui explique en partie l’importance de la fleur de lotus dans la religion hindouiste.

Nous traversons ensuite les jardins parfaitement entretenus, qui entourent la Pagode d’Argent.
De nombreux tombeaux en forme de stupas qui accueillent chacun les cendres d’un souverain du Cambodge, se dressent de façon éparse dans le jardin. Les sculptures sont d’une richesse et d’une finesse stupéfiante et étrangement, ces stupas ne sont pas peints. Deth nous indique qu’en effet, ce genre d’édifices n’est jamais peint et reste toujours d’une couleur naturelle, entre blanc et gris. Un des stupas est dédié à la fille de Sihanouk (ancien roi du Cambodge, prédécesseur du roi actuel) qui est décédée des suites d’une maladie à l’âge de 7 ans seulement. 





Devant la pagode, trône une statue équestre  du roi Norodom, offerte par Napoléon III, qui témoigne de la relation étroite du Cambodge et de la France, de même que les jardins très géométriques de la Pagode d’Argent d’inspiration clairement française. Ce qui nous impressionne également sont les toits des édifices, à l’architecture insoupçonnablement riche,  en particulier celui de la Pagode d’Argent. Plusieurs toits s’emboîtent les uns dans les autres, recouverts de petites tuiles plates dans les tons ocres, verts et bleu foncé. Les deux versants des toits se rejoignent en un faîtage qui apparait comme hérissé de flammes de bois blanc. Des motifs hindouistes et bouddhistes recouverts de dorure ornent les frontons et les linteaux de part et d’autre de la pagode. Comme nous le verrons tout au long de notre voyage, les toits sont le cœur et la fierté de l’architecture khmère, la partie de l’édifice à laquelle ils accordent le plus d’importance.  



Nous pénétrons gravissons les quelques marches qui surélèvent la Pagode d’Argent et profitons de la petite terrasse extérieure pour admirer la vue sur l’ensemble des jardins et des stupas dont le ciel bleu éclatant fait ressortir toutes les couleurs. Nous pénétrons maintenant à l’intérieur de cette Pagode d’Argent qui, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne doit pas son nom à une légende ! En effet, son sol est constitué de plus de 5000 dalles d’argent massif, chaque dalle pesant 1,2kg, soit 6 tonnes d’argent en tout ! S’aventurer dans la pagode revient littéralement à marcher sur de l’argent !  Il nous est bien sûr impossible de marcher sur ces dalles précieuses et nous nous contentons d’admirer la pagode depuis son entrée (on ne peut pas non plus faire de photos !). Une grande partie du sol de la pagode est protégée par une tapisserie, seule une petite partie découverte nous permet d’admirer quelques dizaines de ces dalles… De plus, la pagode abrite également une statue de Bouddha fait de 90kg d’or massif et sertis de plus de 9000 diamants… La Pagode d’Argent est encore à ce jour utilisée pour des cérémonies religieuses, mais seulement pour la famille royale.

Nous nous dirigeons maintenant vers la salle nommée White Elephant Place, une salle d’exposition de palanquins royaux où se trouve également une statue d’éléphant blanc…

La légende de l’Eléphant Blanc

Il s’agit là d’une drôle de légende khmère. Selon celle-ci, si un homme se présente devant un éléphant blanc et que l’éléphant s’agenouille devant lui, alors il est désigné d’office roi du Cambodge ! Il reste plus qu’à trouver ce fameux éléphant pour s’emparer du pouvoir…

Sur ce nous terminons la visite…Nous aurions voulu nous rendre au Palais Royal mais le roi était présent et le Palais était donc fermé aux touristes…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau