07.07.15 

Jour 12

Little Game Drive

Nous finissons pas regagner le camp. Comme il est encore tôt, je m’incruste dans l’autre groupe pour les accompagner dans un court game drive.

Nous croisons des koudous, impalas, éléphants…

 

Les Grands Koudous (Tragelaphus Strepsiceros)

Les Koudous sont de grandes antilopes mesurant de 1 à 1,5 m au garrot, avec des mâles plus gros que les femelles. Chez cette espèce, seuls les mâles portent des cornes qui sont épaisses et enroulées en spirale au fur et à mesure de leur croissance. Les cornes sont à la fois un instrument de combat (notamment durant la période de reproduction pour conquérir les femelles) mais ont aussi un rôle social, indiquant le rang d’un individu (plus ses cornes sont grandes, plus cet individu est considéré comme haut placé dans la hiérarchie).  

 

 

 

Les cornes peuvent servir d’outil pour estimer l’âge (qui reste approximatif) d’un Koudou mâle : chaque tour de spire de corne correspond  à peu près à 2 ans. Si les cornes d’un individu possèdent trois tours de spire, alors cet individu est âgé de 6 ans environ. D’ailleurs, les mâles koudous ne vivent pas souvent au-delà de 6 ans car si les cornes peuvent apparaître comme un avantage (permettent de se battre et de conquérir les femelles, de se défendre lors des attaques de prédateurs ou contre d’autres koudous mâles), elles peuvent aussi se révéler être un vrai handicap : les cornes peuvent se coincer dans la végétation, se prendre dans les arbres et ceci peut être fatal lorsque que le koudou est poursuivi par un prédateur….

La solidarité végétale !

Les koudous vivent souvent en petits groupes avec un mâle dominant, quelques femelles et leurs petits. Ils se nourrissent principalement de feuilles (ne broutent pas l’herbe au sol comme d’autres herbivores), et notamment les feuilles d’acacias. Souvent, un troupeau de koudous commencent à brouter les feuilles des acacias puis abandonne soudainement l’arbre qu’ils sont en train de brouter alors qu’il y encore de nombreuses feuilles dessus. Et au lieu d’aller brouter d’autres acacias proches des premiers, les koudous s’éloignent et vont chercher un groupe d’acacias bien plus éloigné. Pourquoi ce comportement ? Lorsque les koudous commencent à brouter un acacia, l’arbre, pour se protéger se met à produire des tanins, une substance toxique, en grande quantité. Les koudous sont capables de supporter les tanins jusqu’à une certaine dose mais doivent ensuite abandonner l’acacia qu’ils broutent pour ne pas s’empoisonner. Ils pourraient alors aller brouter un autre acacia proche du premier mais ces arbres sont solidaires : lorsqu’un acacia est « agressé » par un koudou, il produit un signal chimique qui est transmis à tous ses voisins acacias qui se mettent alors aussi à produire des tanins. Les koudous se voient donc obliger de s’éloigner   et d’aller chercher un autre groupe d’acacias beaucoup plus loin, qui n’ont pas reçu le signal chimique d’alerte.

Comme on peut le remarquer, les koudous possèdent de fines rayures blanches qui partent de l’échine et descendent sur leur flancs : à quoi servent donc ces rayures ? Les rayures permettent un meilleur camouflage : lorsqu’un koudou est caché derrière un buisson, les lignes blanches créent une impression de discontinuité et floutent un peu la vision du prédateur (l’animal serait beaucoup plus visible sans ses rayures, apparaissant comme une grosse masse colorée uniforme au milieu de la végétation très feuillée). Le rôle de camouflage des rayures n’est pas spécifique au koudou, de nombreux autres animaux ont développé des rayures sur leur pelage dans le même but.

Nous continuons notre game drive puis nous nous arrêtons au pied d’un kopje que nous nous empressons d’escalader ! Encore une fois, nous contemplons les panoramas grandioses offerts par la prise d’altitude !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau