01.07.15 

Jour 6

Sur le chemin du retour...

 

Léopard, quand on ne t’attend pas...

Après avoir paressé toute l’après-midi, nous décidons de partir car il nous reste encore deux heures de route avant d’atteindre le camp…

Nous atteignons le chemin de terre principal, et roulons à bonne allure lorsque soudain des cris retentissent dans la voiture : on a vu un léopard au bord de la route ! Elsa freine brusquement et recule à toute vitesse pour qu’on puisse voir ce léopard. Nous sommes chanceux, il n’a pas déguerpi et nous fait le plaisir de rester quelques minutes devant nous, de quoi ravir nos yeux et nos appareils photos… 

 

 

 

Je crois qu’il faut avoir vu un léopard en vrai pour comprendre la beauté de cet animal à la démarche si souple et au pelage aux motifs incroyablement artistiques… Son regard et ses yeux perçants, ses muscles qui roulent sous l’épaisse fourrure lorsqu’il marche, tout dans le léopard fait de lui un animal puissant, que l’on craint et que l’on admire en même temps, chacun de ses sentiments découlant de l’autre…

 

 


 

 

Le léopard marche lentement en direction des fourrés et nous laisse admirer son corps parfait, gracieux, fin et puissant à la fois. Ses yeux jaunes presque translucides à la pupille noire nous regardent un instant avant de se détourner et de s’éloigner pas à pas de nous…

 

 

 


 

Lorsque nous ne le voyons plus, nous repartons, nous avons tous le sourire au lèvre, la joie d’avoir vu le léopard est palpable et nous sommes surexcités comme des gamins le matin du jour de Noël…Voir un léopard est vraiment difficile, nous sommes plus que chanceux de l’avoir vu et si bien !

Sur la route, nous croisons aussi des girafes, des éléphants et des Outardes Kori, le plus gros oiseau volant du monde (pesant 20kg !).

Nous finissons par rentrer au camp, encore tout contents de notre journée - on peut le dire, le mot convient parfaitement – merveilleuse. 

Après dîner, un des volontaires se rendant à sa tente tombe nez-à-nez avec un serpent ! Tout le monde se regroupe autour et nous essayons de savoir de quelle espèce il s’agit. Nous finissons par conclure qu’il s’agit d’un serpent tigre quelque-chose mais dont je ne me rappelle plus le nom. Quelques parties de cambio et de tarot africain puis vient l’heure de se coucher (surtout qu’on s’est levés à 4h ce matin !).

Ce soir nous dormirons avec de belles images en tête, sous le plafond étoilé toujours aussi lumineux du bush botswanais !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau