03.07.15 

Jour 8

Waterhole Building (Construction d'un point d'eau) 

 

 

Ce matin, nous nous rendons près d’un réservoir d’eau (waterhole) où viennent s’abreuver les animaux. Ce waterhole est constitué de deux bassins, un assez grand et un autre plus petit, tous les deux d’origine naturelle. Le problème avec ces deux bassins est que, en hiver (saison sèche), ils sont complètement asséchés.

Helena et Judith, propriétaires de la réserve, ont décidé d’utiliser ces deux bassins naturels pour créer un réservoir d’eau permanent artificiel. Cette décision a notamment été prise suite à une saison sèche particulièrement meurtrière pour les éléphants, dont les petits mourraient en masse de déshydratation et de fatigue (car les éléphants devaient parcourir de trop longues distances pour trouver des points d’eau, les petits ne pouvaient suivre ce rythme, et les mères ne produisaient plus assez de lait pour les nourrir à cause du manque d’eau).

Le but de ce projet est de bétonner le fond du petit bassin qui sera approvisionné artificiellement en eau par une éolienne qui pompe dans une nappe souterraine. Une canalisation reliera les deux bassins et lorsque le petit bassin sera rempli, le trop plein d’eau s’écoulera en direction du grand bassin.

Ce n’est pas la première fois que la réserve réalise ce genre d’installation, il existe un autre waterhole artificiel qui fonctionne selon le même principe près du camp. Du fait que Wild at Tuli fournit artificiellement de l’eau pendant la saison sèche, la réserve attire énormément d’éléphants, qui est devenu leur animal phare.

 

 

 

Notre rôle aujourd’hui va être de creuser un peu le petit bassin et d’aplanir ses pentes, premièrement pour que les animaux y aient facilement accès (des pentes trop raides empêcheraient par exemple les impalas de venir s’y abreuver), deuxièmement pour pouvoir le bétonner plus facilement.

Une fois cette première tâche effectuée, nous nous attaquons au creusement d’une tranchée dans le sol pour lier les deux bassins, et qui servira à accueillir une canalisation. Il faut atteindre une profondeur de 70 cm minimum car sinon les canalisations seraient facilement déterrées par les éléphants (les éléphants sont capables de détecter l’eau dans le sol et s’ils sont en manque d’eau, ils n’hésiteront pas à détruire les canalisations pour récupérer un maximum d’eau).

A l’aide de pioches et de pelles, nous creusons la tranchée dans le sol, sous une température qui continue à s’élever. C’est un travail assez éreintant (le lendemain, on a tous eu mal au dos à force d’être penchés), le sol est très sec et rocheux. Mais la motivation est là, puisque ce  travail permettra d’approvisionner les animaux en eau, en particulier les éléphants. Lorsque nous terminons vers 11h, nous sommes recouverts d’une épaisse couche de poussière rouge… On dirait qu’on a tous bronzé !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau