13.07.13 

Jour 2

PHNOM PENH (suite)

Palais Royal

Nous nous rendons au Palais Royal situé juste à côté de la Pagode d’Argent (nous n’avions pas pu le visiter le matin car le roi était là et le Palais Royal était donc fermé aux visiteurs mais maintenant le roi est parti et les touristes peuvent revenir !). Le Palais Royal est la résidence principale de l’actuel roi du Cambodge, Norodom Sihamoni. Ses appartements privés ne sont bien sûrs pas visibles ni accessibles mais une partie du palais est visitable.  Le monument qui attire premièrement l’attention est la grande Salle du Trône où, comme son nom l’indique, les rois du Cambodge se font couronnés. C’est là aussi qu’est célébré le mariage royal. 

 

 

 


La Salle du Trône est constituée d’un bâtiment principal où s’accrochent deux ailes latérales. Avant le mariage, les deux futurs époux vivent séparément, chacun dans une aile, et ne doivent pas avoir de contact pendant cette période. Le huitième jour, le mariage est célébré. En face de la Salle du Trône se trouve le Pavillon Chan Chaya  où l’on organisait autrefois des spectacles de danses avec les célèbres Apsaras. De même que la Pagode d’Argent, le Palais Royal est entouré de magnifiques jardins d’inspiration française.

Les couleurs de l’arc-en-ciel

Le site est entretenu par des serviteurs qui, encore aujourd’hui, suivent une tradition khmère ancienne : chaque jour de la semaine, ils changent la couleur de leur vêtement de travail, symbolisant ainsi l’arc-en-ciel. 

 



L’eau sacrée des jeunes filles

Dans une des salles, plusieurs objets sont exposés dont un bénitier. Lorsque les jeunes filles atteignent un certain âge (13 ans pour les filles de paysans et 9 ans pour celles appartenant à une classe sociale plus élevée), elles doivent passer une nuit avec un prêtre. Le lendemain, le prêtre remplit un bénitier d’eau, eau qui devient alors sacrée, représentant la pureté de la jeune fille. Le bénitier est posé devant la pagode et les gens qui passent devant s’asperge de cette eau sacrée qui a la réputation de porter bonheur. C’est une tradition qui est toujours pratiquée aujourd’hui au Cambodge. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire