21.07.13 

Jour 10

Ce matin, nous reprenons la voiture, cette fois-ci pour quitter définitivement Siem Reap, enfin c’est ce que nous croyons. En effet, quelques kilomètres plus tard, on décide de se rendre à Phnom Kulen, car d’après Deth, nous aurons le temps de visiter ce site. Deth nous apprend également que les tickets pour Phnom Kulen sont moins chers si on les achète à Siem Reap que si on les achète sur place (13,5 $ au lieu de 20$ par personne, ça fait une somme quand même sur 3 !). Nous faisons donc demi-tour pour aller acheter ces tickets à tarifs réduits puis nous quittons alors une deuxième fois Siem Reap, cette fois-ci pour de bon !

Phnom Kulen

 

 

Nous arrivons finalement à Phnom Kulen, qui comme son nom l’indique, est une colline (le fameux « phnom » que l’on rencontre très souvent depuis le début de notre voyage, c’est peut-être un des seuls mots cambodgiens avec « kompong » que l’on retiendra de ce séjour !)

Sur place, Deth nous déniche un « guide spécialiste du lieu », à savoir un jeune garçon qui vit dans le village au sommet de la colline de Phnom Kulen.

Phom Kulen est un lieu hautement sacré pour le peuple khmer : en effet, c’est ici que le Roi Jayavarman II déclara, en 802, l’indépendance de l’Empire Khmer.
On y retrouve de nombreux vestiges de l’époque angkorienne (mais dans un état assez délabré en général, et dont certains sont très difficilement accessibles, il faut plusieurs heures de marches dans la forêt), notamment un grand  Bouddha Couché

Une autre « Rivière aux milles lingams »

 

 


 

Notre jeune guide nous escorte d’abord jusqu’à une autre « Rivière au Mille Lingams », qui rappelle le site de Kbal Spean que nous avons visité il y a quelques jours : des centaines de lingas (statues phalliques) ont été sculptés sur le lit rocheux de la rivière. L’eau qui coule sur les lingams est considérée comme sacrée et réputée pour ses vertus curatives. Jayavarman II, qui ordonna la construction des lingams, se baignait souvent dans cette rivière et profitait des bienfaits de cette eau. 

 

 

 


L’eau de cette rivière est très pure et riche en minéraux : en effet, Deth nous montre la « source » de cette rivière : il s’agit d’eaux souterraines qui remontent à la surface puis s’écoule sur les lingams, ces eaux ont d’ailleurs une très belle couleur, un turquoise vif et translucide. De plus, les pentes de Phnom Kulen sont réputées pour leur fertilité et leur climat particulier qui permet aux plantes médicinales de fleurir en grand nombre : ces plantes apportent alors de bons et nombreux minéraux à l’eau de la rivière…

Marché et braconnage

Nous passons à travers le marché local qui précède l’entrée du Sanctuaire de Kulen. Dans ce marché, il se vend énormément de plantes médicinales de toutes sortes (comme je l’ai dit, la colline est très riche en plantes médicinales) qui représente la principale activité économique des habitants de la colline. 

Malheureusement, un autre commerce, très lucratif, vient s’ajouter aux plantes : la vente de sabots, cornes, peau, ossements des animaux qui peuplent Phnom Kulen. Le site est pourtant classé et protégé en tant que réserve naturelle, mais le braconnage ne cesse de faire des ravages…
On vend donc toutes sortes de choses étranges, aux vertus médicinales douteuses : on trouve par exemple des bouteilles de vin de riz à l’intérieur de laquelle végètent un petit cobra et un scorpion, tous les deux entiers ! On vend même du sang dans des bouteilles plastiques, issu de certaines espèces animales…

Alors surtout, si vous vous rendez à Phnom Kulen en tant que touristes, n’achetez rien de ce qui s’y vend au risque de cautionner ce braconnage !
Mais malheureusement ce ne sont pas que les touristes qui achètent (il y a peu de touristes qui viennent sur ce site) mais surtout les locaux, qui sont très friands de ce genre de médecine…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau