26.07.13 

Jour 15

Chez les Pnong

L’après-midi, nous le passons chez les Pnong, une autre minorité ethnique du Cambodge. 

 

 

Le portrait d’une famille Pnong

Le chef du village et sa femme nous accueille de façon très chaleureuse, nous prenant par la main et arborant un grand sourire. Ils nous font asseoir dans la pièce principale de leur maison, où se trouvent d’autres membres de leur famille. Les maisons traditionnelles Pnong ont un rez-de chaussez divisé en deux pièces : la première, la plus grande, sert de pièce principale multifonctions : salon, salle à manger, pièce de vie, chambres à coucher, etc…La plus petite, à l’arrière, abrite une cuisine très rudimentaire où un plat est en train de mijoter sur le feu. Un étage surmonte la maison et sert de grenier où sont stockées des denrées alimentaires (notamment du riz, base de l’alimentation cambodgienne !).

 


Le couple chef nous fait asseoir dans la pièce principale en compagnie d’autres membres de la famille.  Grâce à l’intermédiaire de Deth qui joue le rôle de traducteur,  cette famille Pnong nous conte peu à peu leur histoire. 

Le chef du village est assez âgé, il a 82 ans et sa femme, plus jeune, en a 56. C’est une famille recomposée : le chef et sa femme ont tous les deux été mariés une première fois mais leurs concubins sont décédés. Tous deux jeunes veufs, ils se sont remariés et ont eu sept enfants ! Ils ont aujourd’hui une très grande famille car ils avaient également eu, chacun de leur côté, des enfants lors de leur précédent mariage. Le chef porte d’imposante boucles d’oreilles en forme de corne, et faite de véritable ivoire : ces bijoux sont un signe de richesse, plus elles sont larges plus l’individu qui les porte est riche et puissant.

Dans un coin de la maison est tapie une jeune femme, recroquevillée sur elle-même. Deth, qui connaît bien cette famille Pnong qu’il a rencontrée plusieurs fois, nous raconte son histoire :

            Une tragédie familiale

Il y a plusieurs années, le chef et sa femme ont hébergé un militaire khmer et pendant la nuit, il a violé une de leur fille qui avait à peine une quinzaine d’années. Traumatisée par cet évènement, la jeune fille est devenue folle et ne s’en est jamais remise. Aujourd’hui âgée d’une trentaine d’années, ses parents sont obligés de l’attacher dans un coin de la maison, comme un animal, car dès qu’elle voit un homme, elle le frappe, et c’est arrivée plusieurs fois qu’elle utilise un couteau. C’est une bien triste histoire qui constitue un véritable drame familial pour la famille. 

 

 


 

Dans la maison, une autre jeune fille du couple chef, est en train de trancher en rondelle une épaisse tige de bananier pour donner à manger aux cochons. Elle se nomme Sri Po, a 15 ans et va à l’école. Mais en plus de ses activités scolaires, elle doit accomplir toute une série de tâches ménagères : participer la lessive, le ménage, préparer la nourriture pour le bétail,… La vie est dure pour cette communauté rurale et chaque membre de la famille doit travailler : la femme du chef s’occupe de la cuisine et autres tâches ménagères et le chef continue, malgré ses 82 ans, à se lever tous les matins à 5h et aller travailler dans les rizières, c’est assez incroyable ! Nous demandons alors comment il fait pour tenir… Deth nous répond qu’il boit beaucoup…

Les Pnong vivent principalement de la culture du riz, mais aussi de la cueillette de légumes sauvages dans la forêt, de leur potager et de leur bétail. 

Balade à dos d’éléphants

Les Pnongs ont toujours vécu avec les éléphants et bien qu’aujourd’hui ces derniers soient de moins en moins présents dans le quotidien des ethnies khmères, les Pnongs ont reconverti leurs éléphants à l’activité touristique !

C’est un tout jeune cornac qui conduit nos éléphants et nous fait faire une charmante balade dans la forêt autour du village. Pour monter sur les éléphants, c’est assez folklorique : nous devons d’abord monter au premier étage de l’une des maisons du village et depuis le balcon, sauter dans les paniers sur le dos des éléphants ! Et pareil pour la descente !

Nous terminons la balade à dos d’éléphants et décidons d’aller faire un petit tour à pied dans le village et ses environs où nous pouvons apprécier le calme du paysage.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau