Jour 16 - Partie 3

27.07.13 

Jour 16

Vat Nokor

Non loin de Kompong Cham se trouve le temple de Vat Nokor.

Un temple issu du mélange des religions

Ce temple a été construit selon la style angkorien, aux alentours du X-XIème siècle. Mais que fait ce temple angkorien si loin du reste du complexe connu mondialement comme les Temples d’Angkor ? La réponse n’est pas difficile : comme tous les peuples du monde, les Khmères ont voulu  répandre leur religion à travers tout l’empire et étendre encore leur influence.



Lorsqu’il fut construit, le temple était au départ de culte hindouiste. Mais bientôt, avec l’introduction du bouddhisme au Cambodge et sa popularité grandissante parmi le peuple, des tensions se sont créés entre hindouistes et bouddhistes, et pour mettre tout le monde d’accord, il a été décidé de construire un temple bouddhiste au milieu du Vat Nokor, vers les XV-XVIième  siècles. En effet, lorsque l’on entre à l’intérieur du sanctuaire, on a d’abord l’impression de pénétrer dans un temple angkorien ancien puis l’on débarque dans une grande salle à colonne, avec des fresques représentant la vie de Bouddha, un plafond multicolore et des dizaines de frises de drapeaux bouddhistes jaunes, verts, blancs, bleus et rouges accrochés le long de fils tendus entre les colonnes blanches.

 

 

 

 

 

 

D’autres ajouts bouddhistes, moins visibles, ont été également faits : par exemple, le toit de la tour centrale, au départ hindouiste, a été remodelé en forme de stupa et à l’entrée du temple, on trouve une double enceinte de statues : la rangée la plus interne est celle originellement construite par les hindouistes et la plus externe est un ajout plus tardif des bouddhistes. 

 

 

Construction du temple

Nous nous baladons dans l’enceinte extérieure du temple, où l’on voit bien la technique de construction des temples angkoriens : les monuments sont en fait construits par empilement de blocs de pierre rectangulaires, comme un puzzle géant. Les discontinuités entre les pierres sont ici très visibles à cause des ravages du temps, mais à l’origine, aucune des jonctions entre les pierres n’étaient visibles, on avait l’impression d’un mur « lisse » (comme c’est d’ailleurs le cas sur des temples mieux conservés où l’on ne voit pas ces « jonctions »).
Le temple a été construit avec deux types de pierres : en effet, les constructeurs ont utilisé en partie des pierres qu’ils  ont trouvées sur place mais aussi des pierres importées de Phnom Kulen, lieu qui se trouve à des centaines de kilomètres d’ici ! Pourquoi faire venir des pierres de si loin ? Parce que les pierres que les constructeurs ont trouvées sur place étaient bien trop dures pour être taillées en statues et autres ornements. Les architectes ont donc utilisé les pierres « dures » pour constituer la « charpente » du temple, comme les murs, enceinte, etc… et ont importés des pierres plus friables de Phnom Kulen pour les ornements, décorations et statues car plus faciles à sculpter… On retrouve ces roches friables par exemple au niveau des Apsaras sculptées du Vat Nokor.

Vat Nokor : bouddhiste, hindouiste et… musulman !

Aujourd’hui, le Vat Nokor est devenu une école pour jeunes moines bouddhistes, mais reste à la fois un lieu de culte où bouddhistes et hindouistes peuvent venir rendre hommage à leurs divinités respectives (d’ailleurs, les deux religions sont tellement liées au Cambodge et dans l’Asie du Sud-Est en général que la plupart du temps, la frontière entre les deux religions n’est pas claire, et les autochtones pratiquent souvent les deux à la fois).
Nous ressortons du temple, et au moment de partir, nous faisons face à un tableau assez rare : des imams chams viennent de pénétrer dans le temple et croisent les moines bouddhistes, tout ça dans un temple qui était au départ hindouiste ! Un beau mélange de religions !

Peu de temps après, à 17h pile, un gong ressortissant  se fait entendre : cela signifie qu’à partir de cette heure-là, les moines ne peuvent plus sortir de l’enceinte du temple, c’est le couvre-feu. 

 




Une note négative, qui vient noircir la réputation du Vat Nokor…

Le Vat Nokor est réellement un beau édifice…mais il y a une ombre au tableau : la saleté ! Aussi impressionnant que cela puisse paraître, des tas de déchets – sachets plastiques, boîtes en polyester de restauration rapide, peaux de banane, bouteilles en plastique – jonchent tout le temple ! Cet édifice date du Xème siècle, de l’époque angkorienne, et ressemble à une décharge car rien en semble être fait pour sa conservation ! Et cela n’aide pas à attirer les touristes… A l’intérieur du temple, le rez-de-chaussée d’une tour a même été transformé en piscine boueuse… pour les cochons ! A l’aide l’UNESCO !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau