28.07.13 

Jour 17

Udong, la colline sacrée

Udong est un lieu sacré du Cambodge situé au sommet d’une colline. Udong fut notamment la capitale du Cambodge vers le XVème – XVIème siècle. Le long de la colline ont été bâti de nombreux stupas par différents souverains qui ont régné au Cambodge durant cette période.

 


La colline Phnom Udong reste aujourd’hui un important lieu de pèlerinage, notamment pour les familles qui habitent à Phnom Penh qui n’est qu’à quelques kilomètres de là et qui viennent passer une journée sur le site.

Nous rencontrons un jeune garçon qui nous propose de nous faire une « visite guidée d’Udong », il nous accompagne à travers les différents stupas qu’il se fait un plaisir de nous montrer.

Nous montons le long d’un grand escalier et arrivons devant un très grand stupa qui renfermerait des cendres du Bouddha, provenant du Sri Lanka. La minutie des détails est impressionnante et le moindre recoin du stupa blanc a été sculpté avec des motifs répétitifs, comme les statues d’ivoire aux détails si fins.

Nous continuons l’agréable balade au sommet de la colline baignée de soleil et allons de stupas en stupas. L’un des plus beaux pour moi fut le stupa de Mak Proum car son sommet a été sculpté en quatre visages de Bouddha qui englobe ainsi de son regard toutes les directions.

Le long du sentier sont aussi répartis de nombreux petits sanctuaires bouddhistes où les fidèles viennent allumer d’innombrables bâtons d’encens et prier devant les statues.

Une histoire qui semble sortir d’un conte légendaire…

Aux alentours du XVème siècle, les Siams (peuple dont descendent les Thaïlandais d’aujourd’hui) envahissaient le royaume Khmer. Le souverain cambodgien était alors venu se réfugier dans la résidence royale qui avait été construite à Udong (et dont il ne reste plus rien aujourd’hui). Pour retarder l’avancée des Siams, les Khmers avaient planté tout autour d’Udong de grandes forêts de bambous difficilement pénétrables, mais les Siams ont été plus malins : ils ont jeté des pièces d’or dans les forêts de bambous. Appâtés par le gain, les Khmers ont coupé tous les bambous pour récupérer le précieux métal et au bout de 6 mois, ils avaient rasé la bambouseraie qu’ils avaient eux-mêmes plantée !
Il ne fallut alors pas beaucoup au Siam pour s’emparer de la région, et ils réussirent à conquérir trois provinces khmères. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau