Home 3 Sommaire

07.11.12 

Jour 10
ESCAPADE DANS LE DESERT

 

 

Après les visites culturelles de la matinée, nous embarquons à bord d’un imposant 4x4 en direction du désert où nous allons passer la nuit, guidé par le chauffeur répondant au nom de Mohammed.
Nous roulons à travers le désert, passons sur des petits cailloux qui auraient troué tous les pneus de véhicules moins résistants. Bringuebalées  de tous les côtés, nos valises nous tombent dessus et nous avons du mal à nous tenir ! A un moment, nous gravissons une dune (on se demande comment un véhicule, même équipé, peut rouler dans tout ce sable). Une fois en haut nous nous arrêtons et c’est là que ça devient le plus marrant (et un peu effrayant il faut le dire aussi !) : nous descendons la dune à la pente assez raide. La voiture se laisse « glisser » sur le sable, un peu comme au ski. Nous continuons à rouler de cette façon qui est assez plaisante : pas de route, pas de panneaux mais des bosses, des dunes, des pierres ! Les amortisseurs doivent souffrir !

Désert Noir

Nous faisons un premier arrêt dans ce qu’on appelle le Désert Noir et non pas à cause d’un sable noir comme on pourrait le croire (ce que je croyais au départ aussi d’ailleurs !).   Nous nous baladons à travers une vallée qui serpente entre les dunes dont le sommet est constitué d’une épaisse couche de basalte noir, comme un dôme de volcan dont la lave aurait séché à son sommet. La pierre volcanique est agglutinée en bourrelets au sommet de l’édifice, s’effrite au fur et à mesure de la pente, créant des roches semblables à des tuiles d’ardoise. Le contraste entre le jeune du sable, le noir intense de la pierre et le ciel d’un bleu sans tache est splendide.



 

 

 

 



Nous faisons un deuxième arrêt et cette fois nous grimpons sur l’une de ces collines couronnée de basaltes. Le sentier est escarpé, presque vertical et difficile à grimper du fait de la chaleur qui règne tout naturellement sur le désert. Lorsque nous arrivons au sommet, une vue magnifique s’offre à nous. Un immense plateau sans frontières s’étale à nos pieds d’où surgissent des dizaines et dizaines de monticules de sable au sommet carbonisé par le soleil ardent. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau