30.10.12 

Jour 2

Le Sphinx



 

 





Nous visitons d’abord le temple à côté du Sphinx, qu’on a appelé à juste titre le Temple du Sphinx. En fait ce temple est le Temple de Momification dont j’ai déjà parlé, où les prêtres se chargeaient d’embaumer les corps. 

 

 

 





Si on continue à l’intérieur du temple du Sphinx, on arrive de l’autre côté, où commence la voie sacrée menant jusqu’à la pyramide de Khéphren dont il reste quelques traces. C’est depuis les vestiges de ce chemin que l’on aperçoit de très près cette gigantesque statue mythique, représentant à elle seule tout un symbole de l’Egypte. Cette sculpture est réellement un chef d’œuvre, qui nous fait voyager dans une autre époque. Si on devait donner un visage à l’Egypte, ce serait sûrement celui du Sphinx.

Mais que fait cette statue de Sphinx devant les pyramides ?

Le Sphinx est une créature mythique au corps de lion représentant la puissance, et à la tête de pharaon, représentant la sagesse.  A l’époque de la construction des pyramides, les égyptiens étaient à la recherche de carrière de calcaire pour édifier leurs œuvres monumentales. Un jour, ils découvrirent une de ses carrières de calcaire mais la pierre était mauvaise. Ainsi, ils ont décidé de construire cette immense statue, en mauvais calcaire. 

Ayman nous fait ensuite remarquer que le nez de la statue est cassée et nous demande d’imaginer pourquoi. On commence à s’habituer à ce petit jeu de questions-réponses auquel nous n’avons jamais de bonne réponse.

 

 

 

 



Pourquoi le Sphinx a-t-il le nez cassé ?

La première hypothèse, la plus répandue, est que Napoléon Bonaparte aurait cassé le nez du Sphinx avec ces troupes en tirant dessus avec un canon. Mais cette hypothèse est contestée car certains textes remontant à une époque antérieure à celle de Bonaparte attestent déjà d’un sphinx sans nez… Un homme religieux musulman, Mohammed Sa'im al-Dahr, aurait brisé le nez du Sphinx aux alentours du XIVème siècle car, premièrement le Sphinx était un symbole de religion païenne, celle des anciens égyptiens et deuxièmement, toute représentation de Dieu est interdite dans la religion islamique.


Nous achevons ici, devant le Sphinx majestueux, notre visite de ce symbole de l’Egypte sur la belle image du Sphinx trônant devant Khephren. Le voyage commence bien et on a envie d’en savoir encore plus sur l’Egypte, son histoire, ses pharaons et ses mystères…

Ce n’est pas tout, mais il est déjà midi, et après avoir passé quelques heures sur le plateau de Gizeh en plein soleil, on a un peu faim ! Nous nous rendons donc à un restaurant choisi par Ayman. Quand nous rentrons à l’intérieur, nous découvrons un vaste jardin de verdure, à l’aspect d’hacienda paisible qui détonne totalement avec le style du Caire. On a l’impression d’avoir quitté la ville ! Dans un des coins du restaurant, des femmes voilées de noir de la tête au pied préparent à même le sol les pains traditionnels égyptiens nommés « pain pita » - d’ailleurs délicieux -  qu’elles font ensuite cuire au feu de bois. En bons français que nous sommes, nous accordons de l’importance à l’art culinaire des pays que l’on visite et on découvre avec grand appétit nos premiers mets égyptiens : des kofta de bœufs grillées, du poulet grillé, des falafels (beignets de fèves), des dolmas au chou (riz roulé dans des feuilles de choux) avec de la sauce au pois chiche et du riz égyptien. Pour terminer en repas les fameuses pâtisseries égyptiennes très sucrées aux noms exotiques : des konafas, des baklavas,…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau