Home 3 Sommaire

05.11.12

Jour 8


Temple d'Isis (suite)

Autres représentations du Temple d'Isis...

Nekhbet, déesse de la Haute-Egypte

Ouadjet, déesse de la Basse-Egypte

Le roi Ptolémée II en train de faire des offrandes Nekhbet

Isis ressuscite Osiris, tué par Seth en lui donnant le souffle de la vie par un battement d’aile

Sanctuaire d'Isis

Le roi faisant une offrande de nourriture au dieu Osiris.

 

 

 



Nous sortons du temple et faisons le tour du sanctuaire, où se trouve le kiosque de Trajan inachevé, un temple d’époque gréco-romaine splendide.
Plus loin, se trouve un drôle d’objet, le « nilomètre ».

 

 

 

Qu’est-ce qu’un nilomètre ?

Le nilomètre est, comme son nom l’indique, un indicateur du niveau de l’eau mais aussi un indicateur des impôts à payer. Lors des crues du Nil, lorsque le niveau de l’eau était inférieur à 14 bras égyptiens (1 bras égyptien vaut à peu près 50 cm), on ne faisait pas payer d’impôts sur les récoltes des paysans car on considérait qu’il n’y avait pas eu assez d’eau pour assurer une production agricole décente. Si on dépassait les 14 bras égyptiens, il n’y avait pas d’impôts non plus car cela signifiait que les champs avaient été complètements inondés et donc en grande partie détruits. Lorsque le niveau de l’eau était aux alentours des 14 bras égyptiens, on faisait alors payer un impôt, car ce niveau était synonyme de bonnes récoltes.


Nous nous asseyons au bord d’une terrasse avec une vue panoramique sur le lac et les îles alentours.  On pourrait rester des heures, un livre en main, à contempler de ce paysage paisible d’une grande beauté naturelle mais il nous faut tout de même partir ! Nous reprenons le bateau et passons devant un joli petit village Nubien, aux couleurs chaudes, se fondant dans le paysage désertique et voyons au loin, les lignes floues du premier barrage d’Assouan, remplacé dans les années 60.

Barrage d’Assouan

Une fois rentrés en bateau, nous reprenons la voiture pour aller visiter le barrage d’Assouan. Un premier barrage existait, c’est celui que nous avons aperçu en nous rendant au temple d’Isis, mais était insuffisant. Construit dans les années 1960 par le président égyptien Nasser, ce barrage a pour but d’alimenter en eau et en électricité (grâce à douze énormes générateurs électriques)  la population toute l’année et d’empêcher les crues destructrices du Nil. Le barrage, large de 1000m à sa base et 40m à son sommet, est à l’origine du Lac Nasser qui ne mesure pas moins de 500 km en longueur, 25 km en largeur et 180 m en profondeur. Si ce barrage hydroélectrique a certains avantages, il a aussi des inconvénients. Les crues du Nil faisaient partie d’un cycle naturel, déposant du limon sur les rives et rendant la terre très fertile, ce qui n’est plus le cas. Pour compenser cela aujourd’hui, les agriculteurs utilisent beaucoup d’engrais, nocifs pour l’environnement.

 


De plus, le lac Nasser a fait disparaître une région entière, la Nubie. Les Nubiens qui vivaient à cet endroit ont été obligés de partir, principalement pour Kom-Ombo ou Assouan car il est interdit d’habiter autour du barrage et du lac Nasser. Aujourd’hui, cette communauté manifeste pour avoir droit d’habiter près du barrage d’Assouan, pour retrouver leurs terres. Ce peuple a une culture propre, qui se traduit déjà par leur langue, totalement différente de l’arabe. Le dernier désavantage est que certains monuments de l’Egypte Antique ont été engloutis sous les eaux. Le Temple d’Isis se trouvait dans le périmètre qui allait être inondé mais a été déplacé. D’autres temples comme celui de Ramsès II n’ont pas été sauvés.  








Nous déjeunons au restaurant El dokka, celui où nous avons déjà mangé la veille, pour goûter leurs tajines qui, selon Ayman, sont délicieux. Il s’avère qu’il a tout à fait raison ! De plus, le cadre du restaurant est splendide, situé sur une sorte de petite île au milieu du Nil. 

En reprenant le bateau pour traverser le Nil, Ayman nous montre le Palais de Justice construit dans le style égyptien le plus pur !
Nous rejoignons l’aéroport pour prendre l’avion qui nous ramènera au Caire où il nous reste encore quelques visites.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau