Home 3 Sommaire

06.11.12 

Jour 9

Nous avons terminé la visite du Quartier Copte et allons déjeuner. Le restaurant situé sur un bateau procure une vue admirable sur le Nil. De plus, on nous sert un repas égyptien typique et délicieux !

Nous reprenons la route pour rejoindre l’Oasis de Bahariya, mais avant de quitter Le Caire, nous nous arrêtons sur un pont passant au-dessus du Nil d’où l’on peut contempler une vue panoramique sur la ville. Nous avions repéré cet endroit lorsque nous étions arrivés à l’aéroport. Le temps était splendide et la vue dégagée. Pendant les premiers jours au Caire, un épais brouillard a plané constamment sur la ville et la vue du pont était gâchée. Nous regrettions de ne pas l’avoir pris en photo mais heureusement, cette fois-ci nous avons eu de la chance, il a refait soleil et le brouillard s’est levé, révélant à nouveau cette très belle vue, sûrement l’une des plus splendides du Caire (qui rend moins bien en photo malheureusement). 

Nous nous dirigeons maintenant dans la direction de l’Oasis de Bahariya, à 365 km du Caire. Sur la route qui traverse le désert, la seule qui mène à Bahariya (qui doit faire 300 km), nous nous arrêtons à la station d’autoroute, la seule et unique de ce trajet !

 

OASIS DE BAHARIYA


Nous arrivons, au bout de 5h de route, à l’Oasis de Bahariya, loin de l’idée que l’on se fait d’une oasis avec lagune d’eau et cocotiers. Premièrement, elle est immense, elle s’étend sur 2000 m²  et est peuplée de 40 000 habitants. Deuxièmement, elle accueille une ville dont le cadre est loin d’être paradisiaque : maisons délabrées, déchets jonchant rues et trottoirs faits d’un mélange de goudron et de terre… Par contre, l’hôtel, lui, est magnifique. L’entrée est décorée de représentation en miniature de maisons typiques de l’oasis en argile. Nous rentrons dans l’hôtel dans un grand salon circulaire et ne tardons pas à découvrir ce petit paradis. 


 



Des escaliers serpentent de toutes parts, permettant d’accéder aux petites chambres individuelles de l’hôtel, réparties sur différents niveaux. Les terrasses sont recouvertes par un toit de branchage, soutenues par des épais troncs de palmiers. Les chambres, faites d’habitations séparées, ont une façade en pierre claire et sont surmontées de coupole couleur jaune pâle, conférant une architecture toute en rondeur à l’hôtel. Le gérant nous emmène faire un tour derrière l’hôtel sur une dune de sable et de pierre à laquelle on accède par un chemin escarpé. 








Une fois en haut, un panorama englobant toute l’oasis s’étale sous nos pieds, le doux voile de la nuit ayant déjà recouvert le plateau, laissant encore entrevoir un filet rougeoyant suivant la ligne de l’horizon lointain. Nous redescendons dans notre chambre que nous découvrons. Mur en pierre, voûte, luminaire en terre rouge, tapis rouge, bleu, beige et jaune confère à cette chambre un charme qui fait qu’on s’y sent bien tout de suite. L’ambiance de l’hôtel est très paisible. Nous mangeons au restaurant en compagnie d’Ayman de délicieuses spécialités égyptiennes, servis par des hôtes très aimables.

 

Soirée Bédouine



Après le repas, nous nous rendons dans une maison traditionnelle non loin de l’hôtel, où des musiciens bédouins donnent un concert de musique. Nous sommes suivis par un petit chaton de l’hôtel qui a l’air de nous avoir adoptés et qui est très collant. Nous nous asseyons et les musiciens bédouins commencent à jouer de la musique au style très orientale. D’autres touristes viennent se joindre à nous ainsi qu’un homme avec ses deux femmes portant le niqab, le voile intégral.

 



Bahariya, une oasis encore très ancrée dans les traditions...

Dans l’oasis, les lois islamiques régissent encore de façon très stricte la vie de la communauté. Les femmes ne travaillent pas, elles restent à la maison, ne peuvent pas sortir sans leurs maris ou leurs fils et sont obligées de porter le voile intégral. La plupart des mariages sont arrangés d’avance et forcés et il n’est pas rare de voir des filles qui se marient avec des membres de leur propre famille. Cette oasis isolée au milieu du désert, semble complètement coupée du reste de l’Egypte où l’islam n’est plus aussi rigide.

 




Les bédouins nous invitent ensuite à danser, mais Elisa et Papa ne sont pas motivés alors j’y vais seule avec les deux autres touristes ! Après cette soirée bédouine, nous rentrons nous coucher à l’hôtel pour ne reposer : demain nous avons décidé de nous lever à 5h pour monter sur la dune derrière l’hôtel et voir le lever de soleil.

Voir les vidéos de la soirée bédouine :

- Soirée Bédouine 1
- Soirée Bédouine 2

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau