22.07.12 

Jour 12

Estuaire de Madu Ganga (suite)

Un vrai Robinson Crusoé !

 Nous remontons à bord de notre bateau, passons devant un vivier puis nous nous arrêtons sur une autre île où vit un homme seul avec sa fille. Ils vivent dans les conditions les plus rudimentaires : pas d’eau courante, pas d’électricité, pas de téléphone, seulement la nature !

            Fabrication artisanale de cannelle

L’homme fabrique de la cannelle et nous fait une démonstration. Il prend une branche, épluche son écorce, la lisse puis à l’aide d’un couteau il détache la deuxième couche d’écorce verte claire. Cette écorce donnera la cannelle. Il en détache plusieurs morceaux puis les roule ensemble. Une fois le bâton de cannelle préparé, il le met à sécher pendant 4 à 5 jours, le temps qu’elle prenne sa couleur marron. 

 

 

 

 




          Corde de fibres de noix de coco ultrarésistante

Enfin, l’homme se livre à une dernière démonstration surprenante. Il prend des fibres de noix de coco qu’ils roulent ensemble d’une certaine manière pour fabriquer de la corde ! Nous avons essayé de casser cette corde, mais aussi étonnant que cela puisse paraître, la fibre de noix de coco est  ultrarésistante ! Pour obtenir ces fibres, il faut faire tremper les coques de noix de coco séchée un certain temps dans l’eau puis on frappe dessus avec une espèce de bâton et les fibres se détachent de la coque. 

 

 

 

            Toit en feuillage tressé

Ensuite, il tresse une feuille de palmier de cocotier qui sert à confectionner les toits. L’homme a les doigts très agiles et effectue le tressage à une vitesse surprenante. Ces feuilles de cocotiers tressés ont deux avantages : elles protègent bien de la chaleur et sont très étanches. Il faut les changer tous les deux à trois ans. Nombreux sont les sri-lankais qui utilisent encore les feuilles de cocotier tressées pour la confection de leurs toits. 

L’homme nous fait ensuite visiter sa maison entièrement artisanale. La structure est faite en bois, les branches sont attachées ensemble par de la corde en fibre de noix de coco et le tout est recouvert de torchis. Sa maison est très rustique, il y a le strict minimum pour vivre : deux lits, une minuscule cuisine et une pompe à eau. 

Grève de pêcheurs !

Nous embarquons de nouveau à bord de notre petit bateau et passons devant un rassemblement de pêcheurs : ils sont en grève ! Ils protestent contre les bateaux à moteur qui amènent les touristes et qui selon eux fait fuir les poissons…  Nous allons au bout de l’estuaire et voyons la mer, séparée de l’estuaire par une fine bande de sable seulement. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau