23.07.14 

Jour 10

Vallée de Zemi [suite]

Le chemin devient de moins en moins praticable et à un moment, nous sommes même obligés de descendre une pente avec une corde en rappel !

Retour à l'hôtel

Nous rentrons à l’hôtel car il fait déjà nuit et allons dîner en compagnie de Kadir. Encore une fois, le repas est délicieux et ces quelques soirées passées à l’hôtel nous ont permis de découvrir, à chaque fois, une spécialité turque différente. Le cuisto était vraiment bon !

Nous retrouvons aussi les petits chiots de l’hôtel,  à peine âgés de deux ou trois semaines et qui constituent la véritable attraction de l’hôtel : tout le monde veut les caresser ! C’est vrai qu’ils sont à croquer !
Leur mère est chien de berger dans les montagnes et du fait de ce rôle, elle ne pouvait pas les allaiter et les petits chiots allaient mourir. Le berger a ramené les chiots à l’hôtel et le propriétaire a accepté de les garder et de s’en occuper. Ces deux chiots sont sûrement des croisés Kengal, la race de chien de berger endémique de la Turquie et qui aujourd’hui vaut une fortune (1500 euros le chiot !)
 

Nous discutons avec Kadir autour d’un bon repas et apprenons plein de choses intéressantes, même sur l’histoire française qu’il semble connaître mieux que nous !

D’où vient le Bonnet Phrygien ?

Le bonnet phrygien, symbole de la liberté des esclaves affranchis puis plus tard de la révolution française trouve son origine en Turquie.
L’histoire se déroule en Phrygie, ancien pays d’Asie Mineure au moment du règne du roi Midas.
On avait organisé un concours entre le dieu Apollon et un berger du nom de Pan. Apollon jouait de la lyre et le berger Pan de la flûte (de là est né l’instrument qu’on appelle la « flûte de Pan » !). Le Roi Midas était l’arbitre de ce concours légendaire et à la fin des prestations des deux concurrents, Midas choisit le berger. Apollon, qui était tout de même dieu de la musique et du chant et ne pouvait donc pas imaginer perdre, se fâche et  transforme les oreilles de Midas en oreilles d’âne. Honteux de ces oreilles, Midas portera dès lors un bonnet à la forme particulière pour les cacher et aujourd’hui reconnaissable entre tous, le bonnet phrygien.


D’où vient la tradition du Poisson d’Avril ?

En France, jusqu’au XVIème siècle, l’année débutait le 1er avril. Mais le roi Charles IX décida que dès lors, l’année commencerait le 1er janvier et non en avril. La France était un royaume mais il était divisé en province, chacun gouverné de façon un peu indépendante et les moyens de communication étant plus lents, la mise en place du changement de date de la nouvelle année mit du temps à s’appliquer à tout le pays. Les derniers au courant étaient les gens de province, éloignés de la capitale, qui continuaient à fêter le nouvel an en avril. Pour se moquer d’eux, les gens qui étaient au courant du changement de date offraient de faux-cadeaux aux autres et leur jouaient des tours le 1er avril. De là est né la fête du « Poisson d’Avril ».

Et il faut qu’on vienne en Turquie pour apprendre ça !
Sur ce, nous allons nous coucher pour profiter d’une bonne nuit de sommeil.  

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau