24.07.14 

Jour 11

KONYA

          Musée de Mevlâna

Ce musée est dédié à Djalâl ad-Dîn Rûmî, ou simplement Rûmî (prononcé Roumi). Rûmî fut un des plus grands penseurs du monde  et sa renommée dépasse de loin les frontières de la Turquie. 


Qui est Mevlâna ?

C’est un des grands maîtres du soufisme, forme de la religion islamique peu représentée et peu connue des européens, qui met l’accent sur la dimension spirituelle et la recherche interne de l’amour de dieu. Il fut le fondateur de l’ordre des Derviches-Tourneurs emblématiques de la Turquie. Ces hommes animés par la foi exécutent des danses rituelles au cours desquelles ils se mettent à tourner et tourner sur eux-mêmes, pendant de longues minutes, jusqu’à atteindre un état de transe.  Rûmî fut l’auteur de nombreux poèmes et ses pensées lui offrirent une notoriété telle que, déjà de son vivant, il était appelé Mevlâna, dénomination qui signifie « Notre maître » et est encore largement appelé ainsi aujourd’hui.

Rûmî (1207-1273) naquit en Aghanistan mais très tôt, il dut fuir avec sa famille à cause de l’invasion des Mongols puis il finit par s’établir à Konya, alors capitale des Seldjoukides du Sultanat de Roum. Le Roum désigne un ensemble de territoire anciennement sous autorité romaine et c’est de ce terme qu’est dérivé le surnom de « Rûmî » (= « le Romain »). Il fit de  brillantes études de théologie puis fit une rencontre déterminante pour le reste de sa vie avec Shams ed Dîn Tabrîzî, qui devint son maître et se consacra à l’éducation du jeune Rûmî. Mais Shams fut assassiné en 247 et Rûmî, inconsolable se réfugia dans la méditation et le spiritualisme. C’est de cette période que naîtra sa plus belle œuvre, le Mathnawi ainsi que le sêma, nom de la fameuse danse où les derviches tournent de plus en plus vite sur eux-mêmes pour atteindre l’état de transe et se rapprocher d’Allah.
Rûmi meurt le 17 décembre 1273 et cette date est aujourd’hui connue sous le nom shab-i arus que l’on peut traduire par « Nuit de Noces », car c’est lors de sa mort que Mevlâna s’est enfin uni totalement à Allah.

C’est le fils de Rûmî qui institua les Mevlevis, l’ordre des derviches-tourneurs qui devinrent très influents dans tous les domaines, politique et social notamment et furent, à cause de cela, interdit par Atatürk qui avait peur de leur pouvoir. Les derviches tourneurs sont aujourd’hui tolérés à seul titre culturel et les vraies écoles de Mevlevis restent interdites.

 

 

 

 

Le Musée

Le Musée de Mevlâna est en fait un ancien monastère de formation des Derviches-Tourneurs qui abrite le tombeau de Mevlâna et a été converti en musée aujourd’hui. Mais cela reste un lieu de pèlerinage très important pour tous les musulmans qui s’y rendent en masse, ce serait même le deuxième lieu de pèlerinage après la Mecque ! C’est ce qui fait de ce musée un lieu original car touristes se mêlent aux pèlerins. C’est un grand complexe fait de plusieurs édifices qui ont peu à peu été ajoutés au fil des années autour du tombeau de Mevlâna par différents sultans d’époque postérieure à sa mort. Il y a surtout un dôme vert cannelé qui attire tout de suite l’œil du visiteur. C’est sous ce dôme original que se trouve le tombeau de Mevlâna.

Nous pénétrons à l’intérieur du complexe et arrivons d’abord dans la cour centrale où se trouvent une fontaine aux ablutions ainsi que les tombeaux de musiciens. La musique a un rôle primordial dans la cérémonie des Derviches-Tourneurs et c’est pour cela qu’on trouve les tombeaux de grands musiciens derviches ici. Parmi les instruments joués lors des cérémonies, la flûte est celui qui revêt la plus grande importance. La cour est encadrées par de grands couloirs divisés en petites chambres qui accueillaient les apprentis derviches et les derviches confirmés.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire