24.07.14 

Jour 11

BEYSEHIR [suite]

          Esrefoglu Camii [suite]

Dans un coin à droite, il y a une sorte de terrasse, elle aussi en bois. C’est là que se mettait le seigneur de la province pour prier. Des soldats l’entouraient et se mettre ainsi en hauteur sur une terrasse permettait de protéger le seigneur d’éventuels attaques ou attentats.

Colonne de cèdre peinte

Terrasse pour la prière du seigneur

Nous avançons encore un peu et nous retrouvons devant le mirhab fait de céramiques bleues remarquables aux détails précis, entourées de belle calligraphie arabe. C’est le plus beau mihrab que l’on ait vu pour le moment !

Il y a aussi un grand minbar sculpté en bois de cèdre et un autre plus petit et plus modeste.  Il y en a qui sert à faire la prière en arabe et l’autre en turque (les Turcs ne parlant pas arabe). 

Grand minbar

Petit minbar

Des hommes prient dans la mosquée et comptent les perles de leur chapelet.


 

Le chapelet musulman

Le chapelet musulman est un collier fait de 99 perles rondes, chiffre qui se rapporterait aux 99 noms d’Allah. Toutes les 33 perles, il y a une perle en forme de dent (il y a donc trois perles en forme de dent en tout sur le collier). Celui qui prie compte les perles et quand il arrive à 33 et donc à la perle en forme de dent, il s’arrête et prononce « SubhanAllah » (« Gloire en Allah ») 33 fois. Ensuite, il recommence et au bout de 33 perles, il s’arrête à nouveau et dit 33 fois « AlHamdoulilah » («  Louange en Allah ») et puis il compte une dernière fois 33 perles, s’arrête et dit 33 fois « Allahou Akbar » (« Allah est grand »).

Qu’est-ce que ce doit être long de faire sa prière !

Pourquoi les hommes et les femmes sont-ils séparés lors de la prière dans la mosquée ?

C’est tellement ancré dans les mœurs qu’on ne s’était pas réellement posé la question. Alors pourquoi cette séparation ? En fait, c’est que lors de la prière, les femmes se prosternent et donc les hommes voient leurs fesses. Pour pas que les hommes soient tentés par e derrière de mesdames, on a décidé de mettre les femmes dans un autre coin de la mosquée !

 

 

 

Nous ressortons de la mosquée et une vieille femme au dos courbé nous déballe sa marchandise devant nous. Son mari est caché dans une alcôve de la medersa, lui aussi vieux et à l’air fatigué. Nous avons de la peine pour eux, faire ce métier à leur âge… Nous finissons par leur acheter une paire de chaussette en laine, tricotée par la vieille dame en personne…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire