25.07.14 

Jour 12

Kubad Abad, le "Palais des Plaisirs" 

Il ne faut pas s’attendre à voir quelque chose de grandiose car il ne reste plus grand-chose du palais, à déconseiller pour ceux qui ne s’intéressent pas à l’histoire et aux vieilles pierres !

Il paraît que ce palais était immense mais il faut avoir beaucoup d’imagination pour se représenter l’ancienne grandeur des lieux.

Sur le site il y a une maison qui accueille une vingtaine d’étudiants en archéologie qui effectuent un stage de 7 semaines aux côtés d’archéologues confirmés, ce stage est compris dans les études. C’est un bon moyen pour eux « d’apprendre sur le terrain » et aussi une bonne technique pour avoir de la main d’œuvre pour participer aux fouilles des sites historiques, très nombreux en Turquie (plus de 3000) et qui, du fait de ce nombre, ne peuvent pas tous être fouillés ni protégés.

Grand Palais (Büyük Saray)

Salle d'audience du Grand Palais

Deux des étudiants proposent de nous faire une petite visite guidée de ces ruines. Nous commençons par le Grand Palais. Devant la porte centrale du palais, il y a un petit jardin, qui était appelé le « Jardin des Plaisirs » d’où le nom de « Palais des plaisirs » pour désigner cet endroit. En pénétrant à l’intérieur, nous arrivons dans la salle d’audience où  Alaaddin Keykubad Ier recevait les visiteurs. On peut voir au fond de la salle les traces d’une estrade où était placé le trône du roi. Les visiteurs se tenaient à quelques mètres devant lui et s’agenouillaient pour effectuer leurs demandes.
 

Le "Jardin des Plaisirs" davnt l'entrée du Grand Palais, qui a donné son nom au site

Porte d'entrée du Grand Palais

Nous accédons ensuite à la terrasse principale du palais qui offre une vue panoramique sur le lac de Beyşehir. Il faut s’imaginer qu’à l’époque d’Alaadin, l’eau arrivait jusqu’au pied du palais (aujourd’hui le niveau du lac ne cesse de diminuer à cause des prélèvements humains). 

 

 


 

Dans une salle latérale du palais se trouvent des hammams de style romain. En effet, les seldjoukides avaient emprunté l’architecture romaine des thermes pour la construction des hammams. Ces derniers sont divisés, comme le veut la mode romaine, en quatre parties : d’abord les vestiaires, ensuite un bain d’eau froide, un d’eau tiède et enfin celui d’eau chaude. On respectait toujours cet ordre pour se baigner dans les thermes car on pensait que c’était mauvais pour le cœur d’aller directement dans l’eau chaude.
Il est difficile de distinguer ces quatre parties aujourd’hui. En revanche, on peut voir les canalisations en terre cuite qui alimentaient les bains et ont été conservées.

 

Petit Palais (Küçük  Saray)

Nous nous dirigeons maintenant vers le Petit Palais, toujours escortés par les deux étudiants.  A l’intérieur, on peut voir quelque chose d’assez surprenant :

Ces dalles que l’on retrouve dispersées de-ci de-là dans les murs de l’édifice datent de l’époque romaine, quelques siècles avant les seldjoukides, et ont été utilisées telles quelles, les bâtisseurs du palais n’ont même pas pris la peine d’effacer les gravures. Sur la photo on voir clairement qu’il s’agit du symbole des légions romaines : un aigle debout sur un globe transpercé par un glaive.

Comme dans toute la Turquie, chaque civilisation utilise les matériaux des monuments des civilisations précédentes pour construire leurs propres édifices et le Petit Palais de Kubad Abad en est un des exemples le plus visuel !

Et les seldjoukides ont non seulement utilisé les pierres des sites romains mais leur ont aussi emprunté des techniques de constructions comme la clé de voute que l’on peut voir sur plusieurs portes du Petit Palais.

Un peu plus loin, les deux étudiants nous montrent les restes d’un ancien four à céramique. En effet, de nombreuses céramiques blanches et bleues ont été retrouvées à Kubad Abad par une archéologue passionnée. Ce sont d’ailleurs les mosaïques que nous avons pu voir au Musée de la Céramique à Konya. On trouve également les traces du système de canalisations du palais.

Four à céramique

Ce petit muret a été construit par les archéologues pour protéger des canalisations en terre cuite qui ont été retrouvées. Ces canalisations permettaient de pomper l’eau du lac et d’alimenter les deux palais en eau.



 

 

 

 

 

Kubad Abad abritait également un arsenal pour les navires de guerre et c’est une construction unique en Turquie car tous les autres arsenaux étaient construits sur la mer et non un lac.

Nous avons terminé la visite et il est l’heure d’une pause thé pour Kadir qui va boire son çai (c’est ainsi qu’est appelé le thé en turc) avec les étudiants. 

Un drôle de véhicule est garé près de la résidence des étudiants et comme ces derniers voient que nous sommes intrigués, ils viennent pour nous montrer comment démarrer cette voiture. C’est un démarrage à l’ancienne, manuel et ce n’est pas facile. Il faut tirer d’un coup sec sur une corde pour lancer le moteur, mais après divers essais les étudiants abandonnent et appellent le « boss » qui, du premier coup arrive à démarrer la voiture ! 

Nous reprenons notre propre voiture, beaucoup plus facile à démarrer !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau