25.07.14 

Jour 12

Presqu'île d'Egirdir

La route est magnifique et nous permet d’admirer les splendides paysages offerts par le lac et ses alentours. Bientôt, nous voyons se profiler à l’horizon la presqu’île d’Eğirdir, aussi fine qu’une aiguille.

Même si ce n’est pas prévu au programme, Kadir nous propose de visiter cette presqu’île au charme certain. Légèrement surélevée, la Forteresse (ou Citadelle d’ Eğirdir) est le premier monument que l’on aperçoit.
On ne sait que peu de chose sur cette forteresse mais il est intéressant d’observer les remparts où l’on voit nettement la technique de construction utilisée : des briques sont intercalées entre chaque pierre.

Nous avançons ensuite dans la ville moderne d’Eğirdir pour rejoindre un complexe formée d’une mosquée, la Hızır Bey Camii et d’une ancienne medersa,  la Dündar Bey Medresesi. Les deux communiquent par une sorte de cour intérieure. Malheureusement, on ne peut pénétrer à l’intérieur de la mosquée car c’est l’heure de la prière et que cette prière dure une bonne demi-heure. 

On entre néanmoins dans la medersa qui a perdu sa fonction originale : aujourd’hui, les alcôves qui accueillaient les chambres des étudiants se sont transformées en stands pour boutiques. Au fond, on peut encore voir l’eydan, la pièce où le maître enseignait à ses disciples assis en cercle autour de lui.

 

 

 


 

 

Nous ressortons et retournons près de la forteresse, près de là où l’on s’est garés. Nous apercevons le minaret d’une mosquée ancienne dont les pierres vieillies et noircies ressortent parmi les façades lisses et claires. Et ce sont surtout les mosaïques turquoise cerclant le sommet du minaret qui ont attiré notre attention et nous motivent à aller voir plus près.  Nous nous approchons près de ce qui se révèle être la Dedekipaşa (Kale) Camii.  Seul le minaret de cette mosquée, le Buminare est intéressant, le reste de la mosquée est moderne et tout petit. 

Nous revenons sur nos pas et trouvons un chemin pour monter au sommet de la forteresse. Même si elle n’est pas très haute, cela permet d’avoir une vue splendide sur la presqu’île aux allures de carte postale.

Nous redescendons et nous dirigeons vers un restaurant en bord de mer pour déguster un bon poisson.

Le ventre rempli, nous reprenons la route car nous sommes encore assez loin de notre destination finale, Pamukkale. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau