28.07.14 

Jour 15

ISTANBUL [suite] 

          Mosquée Bleue

 

 

Nous nous dirigeons maintenant vers la Mosquée Bleue que nous n’avons pas pu visiter ce matin. Nous passons sous le porche où pend une chaîne et dont les boucles pendantes rappellent la forme d’une ancre (photo ci-contre). Cette chaine avait pour but de rappeler au sultan sa soumission à Allah : en effet, quand le sultan arrivait à cheval, il était alors obligé de se prosterner sur sa monture pour passer sous les chaînes et pénétrer dans la mosquée. Il montrait ainsi que, même s’il se considérait comme supérieur à la population qui devait s’incliner à son passage, il restait inférieur à Allah et lui présentait sa soumission.

Nous traversons une deuxième porte qui nous fait pénétrer dans l’immense cour intérieure entourée de galeries. Les galeries sont surmontées de dizaines de petites coupoles, c’est réellement magnifique. Chaque porche délimitait une chambre du dortoir, qui accueillait les apprentis. Cette mosquée est un vrai petit bijou d’architecture. Ses nombreuses coupoles hétérogènes et ses six minarets qui semblent vouloir toucher le ciel lui donnent un aspect imposant et majestueux. Le nombre de minaret sur une mosquée n’a pas de signification particulière mais relève plus du souci esthétique.

 

La Mosquée Bleue fut construite par le Sultan Ahmet Ier, au XVIIème siècle et conçu par l’architecte Sedefhar Mehmet Ağa. Elle fut construite dans un style ottoman classique mais on peut voir nettement l’influence seldjoukide, notamment sur le porche d’entrée et sur les chapiteaux surmontant les colonnes. Le vrai nom de cette mosquée est en  Sultanahmet Camii mais elle est largement plus connue comme la « Mosquée Bleue », dénomination due aux innombrables mosaïques turquoise ornant son intérieur.

La Mosquée va bientôt ouvrir ses portes aux touristes (encore une fois, c’était l’heure de la prière et il va falloir encore patienter un peu !) , et nous attendons quelques minutes que la prière se termine. Nous recouvrons nos chaussures avec les sacs de plastiques bleues distribués à l’entrée  (en théorie, il faut marcher pieds nus, mais dans les mosquées d’Istanbul et quelques autres grandes mosquées, on distribue souvent ce genre de sachets car, vu le monde qu’il y a, il serait difficile de gérer toutes les chaussures laissées par les touristes devant la mosquée et ce serait un vrai bazar pour s’y retrouver !). Les touristes pénètrent par la porte arrière de la mosquée tandis que les musulmans peuvent emprunter la porte principale. De même, les touristes n’ont accès qu’à une partie de la mosquée, le reste étant fermée par des banderoles, seuls les musulmans pouvant entrer dans cette partie. Je trouve qu’il s’agit plutôt d’une bonne chose car ainsi, la Mosquée Bleue constitue un monument historique mais reste également un lieu de prière, cela permet de témoigner un certain respect au culte musulman. Ce système est d’ailleurs présent dans de nombreuses mosquées turques.

Nous pénétrons à l’intérieur et nous sommes éblouis par les milliers de céramiques aux couleurs turquoise qui ornent les multitudes de coupoles, grandes et petites. Le regard se perd parmi ces innombrables motifs qui remplissent les faïences à fond blanc. On comprend beaucoup mieux, une fois à l’intérieur, pourquoi cette mosquée, de son vrai nom Sultanahmet Camii, a été surnommée la Mosquée Bleue. Malheureusement pour le sultan Sultanahmet, qui a construit cette belle mosquée, il n’aura pas réussi à faire retenir son nom à l’histoire ! La Mosquée Bleue est devenue le véritable nom de cet édifice ! 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau