28.07.14 

Jour 15

ISTANBUL [suite]

          Palais de Topkapi [suite]

Harem

Le Harem de Topkapi est un vestige exceptionnel, vraiment magnifique. Ses pièces sont richement ornées de toutes sortes de mosaïques, dorures, céramiques traduisant parfaitement l’extravagance et la luxure de la décoration orientale. Loin de l’uniformité des palais européens, le harem de Topkapi est un ensemble de pièces diversifiées, les décorations de chaque appartement étant unique et ne ressemblant pas aux autres. Il faut payer un ticket en plus pour pénétrer dans le harem mais cela vaut largement le coup.

 

 

Le harem faisait partie des appartements privés du roi à l’intérieur duquel étaient logées ses nombreuses concubines. Ce harem est immense, haut de 6 étages mais seul le premier étage est accessible au public. 

                       Les concubines du sultan

Le harem pouvait abriter jusqu’à 300 concubines et quelques cents eunuques, exclusivement noirs, qui surveillaient les femmes.

Des jeunes filles étaient amenées au harem et y recevaient une éducation : elles apprenaient l’histoire turque, la culture islamique, la lecture, la couture, la danse, le chant,…

Au départ les jeunes filles sont de simples concubines, elles dorment toutes ensemble dans un dortoir, sous la surveillance des eunuques.

Parmi ces jeunes filles, certaines pouvaient être remarquées par le sultan, grâce à sa beauté ou ses qualités particulières et devenait alors une gözde, c’est-à-dire une favorite.

La gözde pouvait monter dans la hiérarchie, jusqu’à devenir une épouse du sultan. Les épouses du sultan (dont le nombre variait entre 4 et 8) portaient le titre honorifique de kadin . Lorsqu’une kadin donnait un fils au sultan, elle devenait alors elle-même sultane.  

 

 

 

Parmi les épouses, une se distinguait et devenait la Grande Sultan, aussi appelée la Reine-Mère ou encore la Valide ou la Sultane Validée.

Parfois, des épouses d’origine étrangère réussissaient à devenir Grande Sultane (il y a par exemple une jeune fille d’origine française amenée au harem du Palais de Topkapı qui finit par devenir la Sultane Valide).

C’est la Valide qui régissait la vie du harem et même si son rôle était limitée, elle réussissait à exercer une certaine influence sur le royaume.

Les jeunes filles qui ne devenaient pas sultanes étaient mariées avec d’autres dignitaires de la cour. Les femmes du harem ne sortaient quasiment jamais de leur prison dorée.

Nous pénétrons à l’intérieur de ce lieu à controverse qui est assimilé bien souvent par les occidentaux comme un lieu de débauche et de luxure, vison fantasmée qui est assez loin de la réalité de la vie du harem, strictement régie par un bon nombre de codes et de lois. 

          Visite du harem

                                    Le Trésor Haremeyn  (aussi appelé le Dôme des Placards)

Cette pièce servait de vestibule au harem et dans ses placards était gardé l’argent du harem, provenant des revenus du sultan et de sa famille, ainsi que d’associations religieuses.

                                   Hall avec fontaine

 

Cour des Eunuques Noirs

Cour des Concubines

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau