29.07.14 

Jour 16

ISTANBUL [suite]

          La Sainte-Sophie (Ayasofya) 

Avant de rentrer à proprement dit dans la mosquée, nous passons devant divers pavillons qui constituent les mausolées de quelques sultans ottomans puis nous nous arrêtons devant les seuls vestiges des débuts de Sainte-Sophie, datant du Vème siècle.

 


Histoire de la Sainte-Sophie

L’empereur romain Constantin Ier, après s’être converti au christianisme, ordonna la construction de d’une Basilique qui serait dédiée à la « Sagesse Divine » (en grec, Ἁγία Σοφία prononcé Hagía Sophía) en 330. En 404, suite à des problèmes politico-religieux la basilique fut incendiée lors d’émeutes.

C’est l’Empereur Justinien qui, en 532 entreprend la reconstruction du bâtiment et les vestiges que l’on voit actuellement datent de l’époque de Justinien. Il construisit l’édifice immense que l’on peut voir aujourd’hui, et lors de l’achèvement de cette splendide et grandiose basilique qu’il avait voulue, il s’écria : « Salomon, je t’ai vaincu ! ». Salomon fut selon la Bible et le Coran, un roi d’Israël qui fit édifier le mythique (au sens 1er du terme, on n’a pas de vestiges) Temple de Jérusalem, aussi appelé le Temple de Salomon, qui correspondrait à un immense complexe religieux.

Au cours des siècles, la basilique fut soumise à plusieurs tremblements de terre, à chaque fois reconstruite et rénovée par les empereurs.

En 1453, lors de la prise de Constantinople par les Turcs Ottomans, la basilique Sainte-Sophie fut convertie en mosquée par le peuple conquérant, mais elle garda son nom, Ayasofya. Des minarets, des minbars, des médaillons, une médersa et divers éléments de l’architecture musulmane furent peu à peu rajoutés.

En 1935, la mosquée Sainte-Sophie est convertie en musée par Atatürk et est depuis, l’objet de diverses restaurations.

Ainsi, Sainte-Sophie fut un lieu de culte chrétien pendant neuf siècles, une mosquée pendant six siècles et puis un musée depuis bientôt un siècle ! 

Rez-de-chaussée

Nous pénétrons à l’intérieur de ce lieu qui a été le témoin de tant d’évènements  mais qui a malgré tout réussi à traverser les siècles, observateur immobile de l’Histoire. Les premières salles servent à exposer divers objets, provenant de la Sainte-Sophie ou non.

Un panneau accroché au mur montre le système de défense élaboré et plutôt efficace de de la ville à l’époque où Istanbul était encore Constantinople.  Constantinople, qui s’étend de part et d’autre du Bosphore, était entièrement fortifiée. Or, le fleuve traversait la ville et pouvait donc constituer une voie d’attaque facile pour les éventuels envahisseurs. Pour empêcher tout ennemi de pénétrer à l’intérieur de la ville, une chaîne de fer reliait les deux rives du Bosphore, au niveau de la Corne d’or. Si un bateau tentait de pénétrer pour de mauvaises raisons dans le fleuve, la chaîne était tendue. Ainsi, Constantinople était presque imprenable ! (presque car elle fut tout de même conquise par les Turcs Ottomans en 1453)

Que de splendeurs dans cette mosquée ! Nous nous baladons au rez-de-chaussée puis à l’étage et contemplons dans notre visite toutes les prouesses architecturales et la décoration voulue somptueuse de cet édifice.

D’abord, nous pénétrons dans une pièce latérale où se trouve l’une des plus belles mosaïques de la Sainte-Sophie.

Constantin Ier, La Vierge Marie et l’Empereur Justinien Ier – XIème siècle 

A droite, Constantin Ier (le tout premier fondateur de Sainte-Sophie) offre symboliquement la ville de Constantinople qu’il tient dans ses mains tandis que l’Empereur Justinien, à droite (celui qui fit de la basilique un immense édifice) lui offre une miniature de la Sainte-Sophie, tout cela sous les yeux de la Vierge et de l’enfant Jésus qu’elle tient dans ses bras.

Nous avançons maintenant dans le cœur de la mosquée, sous la grande coupole dont le centre est occupé par un enchevêtrement de caractères arabes dorés.  D’immenses médaillons ajoutés lors de l’époque ottomane sont accrochés au niveau des jonctions entre les coupoles. On peut y lire le nom d’Allah, Mahomet ainsi que celui des premiers califes comme Abu Bakr et Ali. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau