29.07.14 

Jour 16

ISTANBUL [suite]

Nous cheminons maintenant le long de rives du Bosphore et tombons nez-à-nez avec une affiche promouvant un parti nationaliste turc dont les militants sont surnommés les « loups-gris ». La main avec le petit doigt et l’index relevé, les autres doigts pliés symbolisent la tête du loup.

Il y a de nombreux coins de verdure près des rives, ce qui en fait un endroit idéal pour pique-niquer et y passer l’après-midi en famille.

Il est bientôt l’heure de manger et ça tombe bien car nous passons devant de petites échoppes, à l’allure de maisons de poupées très colorées, où l’on vend des kébabs majoritairement ainsi que d’autres « repas de rue » typiquement turc. 

Nous testons les kébabs en cornet, la forme de kébab la plus répandue en Occident mais loin d’être la seule comme nous avons pu le constater tout au long de notre séjour. Comme souvent, les kébabs nous sont servis avec des yaourts très liquides en guise de boisson.

Si le kébab est souvent fait avec de la viande blanche chez nous, ici, ce qui est considéré comme le « vrai kébab » est celui qui est fait avec de la viande rouge (agneau). Les Turcs revendiquent bien sûr l’invention du kébab mais ils ne sont pas les seuls : grecs et égyptiens se considèrent également comme les inventeurs du kébab !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau