30.07.14 

Jour 17

ISTANBUL [suite] 

          Quartier de Beyoglu [suite] 

                    Aya Triada (Eglise Grecque Orthodoxe)

Aya Triada (la Sainte-Trinité en français) est une église grecque orthodoxe du XIXème siècle de la ville moderne d’Istanbul.

                    Istiklal Caddesi

 

 

 

Nous remontons à nouveau vers la place Taksim puis entamons la descente d’Istiklal Caddesi (Avenue d’Istiklal), principale artère bouillonnante de la nouvelle Istanbul. Ici, les quartiers historiques ont laissé place aux nombreuses boutiques, restaurants et fast-foods des grandes métropoles modernes. C’est ici que les touristes viennent faire du lèche-vitrine mais ne nous nous attardons pas très longtemps car le shopping c’est pas notre activité préférée (surtout en voyage où il y a tellement d’autres choses à faire !).
Nous passons devant la Cité de Pera, dont le nom est marqué en français, et où venaient réunirent poètes, philosophes, écrivains,…

 

 

 

 

Les bâtiments de ce quartier ont un style XIXème siècle et font de cette avenue une promenade plutôt agréable. Nous passons aussi devant une porte monumentale vert foncé, surmontée d’un demi-soleil aux rayons dorés. Il s’agit de la porte d’entrée de l’Université de Soliman Le Magnifique, établissement qui semble très prestigieux. Depuis sa fondation au XVIème siècle, les cours y sont donnés en français, encore aujourd’hui. En effet, les français avaient bâtis des liens privilégiés avec la civilisation ottomane, à tel point que sous le règne de Soliman, les marchands français qui travaillaient en Turquie étaient exonérés de tout impôt contrairement aux autres marchands étrangers ! 

 

 

 

 

 


Nous quittons ensuite la grande avenue pour nous diriger vers le Palais de Dolmabahçe. Nous passons devant de nombreux dolmuş, qui sont des taxis en commun. Plusieurs personnes voulant se rendre au même endroit se réunissent et partagent ainsi les frais du trajet.

 

                    Palais de Dolmabahçe 

Nous arrivons devant l’imposant palais situé sur les rives du Bosphore. Il possède une architecture de type très européen XIXème siècle, bien loin du style ottoman. Plusieurs bâtiments ont été construits dans le même style, les sultans ottomans étant soudain pris d’une passion pour l’architecture occidentale.
On doit ce Palais au sultan Abdülmecit. Il servit de résidence principale à plusieurs sultans, après que le Palais de Topkapi ait été déserté.  

 

 

 

 

Atatürk, grand réformateur turc du début du XXème siècle, en fit également sa résidence et c’est là qu’il est mort, à 9h05 le 10 novembre 1938 précisément comme nous l’apprend Kadir. Figure emblématique du progrès et des réformes, Atatürk a marqué toute la civilisation turque et a été élevé au rang de véritable héros national, toujours très admiré par les Turcs.
Et pour preuve, le 10 novembre de chaque année, à 9h05, tout la ville d’Istanbul marque une minute de silence : les bus, taxis, voitures ne circulent plus, les passants et commerçants s’arrêtent et tout le monde se recueille pendant 60 secondes de silence. Ça doit être quelque chose d’assez curieux à voir tout de même, dans une si grande ville !

Le Palais de Dolmabahçe est magnifique, mais nous ne pouvons malheureusement pas le visiter car en rénovation. Par contre, nous avons eu la chance de pouvoir assister à la relève de la garde devant le portail d’entrée monumental.

Voir la vidéo : Relève de la Garde au Palais de Dolmabahçe >>

Nous rentrons à notre hôtel pour nous préparer pour notre dernière activité de ce soir : un spectacle de Derviches-Tourneurs, seule chose qui nous manque encore pour compléter ce voyage ! 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau