30.07.14 

Jour 17

ISTANBUL [suite] 

          Spectacle des Derviches-Tourneurs

Les derviches-tourneurs ont fortement éveillé notre curiosité et nous voulons découvrir à quoi ressemble une véritable cérémonie, même si pour cela, nous devons assister à une représentation « touristique » .
Les « vrais » derviches-tourneurs, ceux qui le font véritablement et uniquement pour la religion dans des monastères, n’existent plus vraiment en Turquie : ils ont été interdits par Atatürk, qui considérait leur pouvoir et leur influence sur le peuple turc trop importante. Heureusement pour nous, les spectacles « touristiques » sont aujourd’hui autorisés, car il est vrai qu’il est bien difficile de dissocier la Turquie de ses derviches-tourneurs, une véritable marque de l’identité du pays.

 



Les derviches-tourneurs sont des hommes religieux musulmans ayant choisi de suivre une voie spirituelle particulière, faisant partie du soufisme (une sorte de mysticisme islamique). L’ordre des derviches-tourneurs a été créé par Mevlâna, qui fait partie des plus grands penseurs et philosophes de l’histoire.

Les derviches-tourneurs sont surtout connus dans le monde pour pratiquer une danse rituelle, le Semâ, au cours de laquelle ils tournent sur eux-mêmes pendant de très longues minutes.

Pourquoi les derviches tournent-ils ?

Dans la conception religieuse des derviches-tourneurs, tout sur terre n’est que révolution dans la nature. En effet, la Lune tourne autour de la Terre, qui elle-même tourne autour du soleil, dans les atomes, les électrons tournent autour du noyau, dans le corps humain, le sang effectue un cycle allant du cœur aux organes, etc…De plus le mouvement de rotation que les derviches effectuent lors de leur danse symbolise également le fait que toutes choses de l’univers tournent autour d’Allah.
En tournant sur eux-mêmes de longues minutes, les derviches se rapprochent ainsi du divin, et le but n’est pas de rentrer dans un état d’extase ou perte de conscience mais de s’élever à un niveau spirituel supérieur.

Lorsqu’ils tournoient sur eux-mêmes, seul le pied droit bouge et assure la rotation tandis que le gauche agit comme un pivot. Les bras peuvent être soient croisés sur le torse représentant le chiffre 1, symbole de l’unité et l’unicité de Dieu ou ouverts. Dans ce dernier cas, les bras sont tendus vers le haut, une main tournée vers le ciel (vers Allah) et une autre vers la Terre (vers le monde des Hommes) pour justement relier les hommes à Dieu.

La cérémonie de Semâ à laquelle nous assistons se déroule en 6 parties. Les derviches effectuant cette danse sont alors appelés des Semâzens

  1. La première partie consiste en une prière à Allah qui fait l’éloge du dieu.
     
  2. Une voie grave parle, symbolisant la parole d’Allah.
     
  3. Des musiciens se mettent à improviser un hymne avec divers instruments traditionnels, dont le plus important est la flûte « ney ».

4. Les Semâzens se saluent en effectuant des marches circulaires. Ils s’inclinent successivement devant une peau de mouton rouge étalée à même le sol et qui représente Mevlâna, le maitre spirituel.

5. Les Semâzens se mettent à tourner sur eux-mêmes et effectuent différents saluts pour signifier leur totale soumission à Allah.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau