15.07.14 

Jour 2

Monastère de Sumela [suite] 

Fresques de l'église [suite]
 

           Fresques Intérieures

Les fresques intérieures sont peintes à même la roche, les bâtisseurs du monastère ayant utilisé une cavité naturelle pour édifier l’église. Les couleurs utilisées sont vives, des rouges, des jaunes, des bleus majoritairement et on peut voir clairement les fresques de différentes époques se côtoyer – car leur style est assez différent - un peu comme un gigantesque patchwork de scènes bibliques.
La plupart des personnages sont représentés auréolés d’un disque doré, qui indique la sainteté, ou l’importance d’un personnage, pour souligner son aspect sacré. La représentation de cette auréole dorée est typique de l’art religieux byzantin.

Jésus

La Vierge et l'Enfant Jésus

La Vierge Marie et l’enfant Jésus assis sur ses genoux (en haut au centre)

Les Apôtres

L'entrée à Jérusalem

Après avoir demandé à ses disciples qu’on lui apportât un ânon,  Jésus monte sur son dos et sur son passage, foule et disciples jettent leurs vêtements au pied de la monture. Cette scène est facilement reconnaissable parmi les fresques, car on voit toujours un homme sur une monture, et à ses pieds, un vêtement gisant au sol.
 

Lire l’extrait de la Bible correspondant >>

L’attaque des lions

Cette fresque ne représente pas un épisode biblique particulier mais figure un homme saint attaqué par deux lions rouges, qui symbolisent Judas. 

Jonas avalé puis recraché par un poisson

Dieu adressa la parole à Jonas mais celui-ci décida de fuir le visage de l’Eternel. Il embarqua à bord d’un navire et pour le punir, Dieu fit lever une tempête. Tous les marins paniqués prièrent leurs dieux puis Jonas finit par leur annoncer que la tempête était de sa faute car il fuyait son dieu. Jonas dit alors à l’équipage qu’il fallait qu’ils le jettent à la mer pour que la mer retrouve son calme. C’est ce que fit l’équipage et dès que Jonas disparut  dans les flots, la tempête s’interrompit. Jonas fut avalé par un  poisson puis, alors qu’il se trouvait dans les entrailles de la bête, il pria l’Eternel et Dieu ordonna au poisson de recracher Jonas. C’est ce qu’on voit sur la scène ci-dessus, Jonas sortant de la bouche du poisson. 

Lire l’extrait de la Bible correspondant >>

La visite de Marie à sa cousine Elisabeth et l’Annonciation

Marie vient d’apprendre de la bouche de l’Ange Gabriel qu’elle était enceinte de Jésus et décide de rendre visite à sa cousine Elisabeth, elle aussi enceinte. A gauche, on peut voir Marie et Elisabeth en train de se faire la bise.

Lire l’extrait de la Bible correspondant >>

A droite il y a une représentation de l’Annonciation, on voit l’ange Gabriel annoncer à Marie qu’elle est enceinte de Jésus.

Lire l’extrait de la Bible correspondant >>

 

 

Après être sortis de l’église, nous passons par le réfectoire des moines, où se trouve un garde-manger qui permettait de garder les aliments au frais. Le reste du monastère étant en rénovation, nous ne pouvons le visiter.

La difficile question du génocide arménien en Turquie…

Il n’y a pas longtemps, en 2011 en France, un projet de loi visant à pénaliser la négation du génocide arménien a déclenché un grand débat. Si en France, on semble être tout à fait sûr qu’il s’agit d’un génocide, en Turquie, la nature de ce massacre reste beaucoup plus floue et nombreux sont les Turcs qui nient le génocide.

Les Arméniens sont le premier peuple à avoir accepté et adopté de manière officielle la religion chrétienne. Avant la première guerre mondiale, il y avait environ 1,3 million d’Arméniens en Turquie et deux tiers de la population aurait été assassinée. Pour beaucoup de Turcs, il ne s’agirait pas d’un génocide, c’est-à-dire un meurtre de masse volontaire et organisé, mais plutôt une suite d’évènements, de batailles dans le chaos de la Première Guerre Mondiale qui aurait abouti à la mort de nombreux Arméniens. Génocide ou pas ? L’histoire est obscure et je pense qu’il faudra encore quelques années avant de pouvoir faire la lumière sur cet évènement…
Mais comme nous dit Kadir, lorsqu’un touriste français demande pourquoi les Turcs ne reconnaissent pas le génocide arménien ou fait une insinuation dans ce sens, il lui répond, occupez-vous du massacre que vous avez perpétré en Algérie ! Il est vrai qu’il paraît assez culotté de faire une loi en France pénalisant la négation du génocide arménien alors que chez nous la question de l’Algérie reste épineuse et on préfère éviter le sujet ! C’est plus facile de donner des leçons aux autres pays que de faire face à sa propre histoire !

Nous quittons définitivement le monastère et partons déjeuner dans la ville de Maçka, à mi-chemin entre Sumela et Trabzon. Nous choisissons un resto local, où nous expérimentons un concept très étendu en Turquie que l’on trouve un peu partout. En fait, il y a un étal où se trouve 5 ou 6 plats et on choisit ce que l’on veut (on peut mélanger plusieurs plats). C’est pratique, rapide (pas besoin d’attendre que ça cuise, tout est déjà prêt), économique et très bon ! Ces restos sont faits pour les travailleurs turcs et du coup, cela permet de goûter à de la vraie cuisine locale savoureuse.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau