20.07.14 

Jour 7

Kayseri

Nous quittons définitivement l’Anatolie Centrale pour entrer en Cappadoce où nous passeront quelques jours. Nous commençons cet après-midi par visiter la ville de Kayseri au sein de laquelle subsistent de nombreux vestiges d’époques variées mais majoritairement seldjoukides. 

Nous commençons par arpenter la rue le long des imposants remparts datant du XIIIème siècle et érigés par le sultan seldjoukide Alaadin Keykubad Ier et ces remparts auraient été, plus tard, transformés et modifiés par l’empereur Justinien, celui qui fit construire la Sainte-Sophie telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Dans les remparts, des rondins de bois sont intercalés entre les pierres pour que les bâtiments puissent vaciller lors d’un tremblement de terre sans s’effondrer. Déjà au XIIIème siècle, les Turcs faisaient des constructions antisismiques !

Nous avançons à l’intérieur des remparts où  se tient un bazar. Partout, on vend des Pastırmas, une spécialité de la ville. Faits à base de viande de bœuf séchée puis fortement compactée, les Pastırmas ont un aspect  à mi-chemin entre la saucisse et le saucisson. 


 

Le bazar où nous nous tenons fut un grand marché à l’époque des Hittites, un peuple qui vivait en Anatolie il y a plus de 4000 ans.  A la place des étals modernes, il y avait un ensemble de hans, sorte de marchés couverts qui possèdent chacun sa spécificité : han de coton, han de soie, han de nourriture, han de tapis,… Pour s’y installer, les marchands payaient de fortes taxes, 10% de leur recettes pour l’emplacement et le droit de vendre, encore 10% pour avoir le droit de traverser la région ! En tout, les taxes étaient d’environ 20-25% !

Kayseri était un important centre économique sous l’Empire Hittite. En effet, on a retrouvé de nombreuses tablettes où étaient marquées les transactions qui avaient lieu dans cette ville, les taxes mais aussi, plus intéressant, les contrats de mariage et de divorce. A l’époque, les Hittites avaient déjà inventé la pension alimentaire ! En effet, les tablettes ont permis de découvrir que lors d’un divorce, si la femme n’était pas en tort, son ex-mari devait lui versait 6 kg de métal par an (bronze, cuivre,…) pour servir de monnaie d’échange et permettre à la femme d’acheter des choses et ainsi pourvoir à ses besoins et à ceux de ses éventuels enfants. Il devait aussi lui donnait 10 m2 de tissu par an pour permettre à son ex-femme de se fabriquer des vêtements ! 

 

 

 

 

La Paysanne Héroïque

Cette statue représente une femme qui aurait quitté sa campagne, tout laissé derrière elle et aurait donné toutes ses économies pour suivre Atatürk et soutenir son combat ! C’est un véritable culte de la personnalité d’Atatürk !

Nous ressortons des remparts et arrivons devant une belle mosquée, la Bürüngüz Camisi, de construction assez récente (1977).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau